Vous êtes le 156519ème visiteur
Couv1ere l herbe du bonheur poche

PROCHAINE PARUTION - JANVIER 2017

L'HERBE DU BONHEUR DANS L'EAU DE LA MALICE

Roman, 104 pages, 12 €

Ce n'est pas l'enfant qui meurt, mais l'enfance.

 

Extraits

Dès l'éveil, une petite voix obstinée l'invitait à partir sans plus attendre. Or, rien ne justifiait l'urgence d'un départ, ni l'aube patiente qui ressuscite au loin le profil des collines, ni la plainte déchirée du vent aux arêtes du toit, ni l'indifférence d'Élise qui dort au fond d'un autre lit dans une chambre close.  Paul avait renoncé au voyage. Il resterait là, le corps embossé comme un vaisseau dans l'anse noire de l'ultime refuge, respirant à peine sur le ressac, épave déjà, hermétique et vide. Il aurait voulu aborder l'autre rive, mais un désir, toujours, le ramenait à la surface comme les courants de fond bercent et ramènent les cadavres oubliés.

*****

Sur la vitre que l'aube blanchit, il a collé sa face relevée de terre. Tuméfié, ensanglanté, il regarde la ville encore tiède dont les rues s'animent. Les vivants comme les morts sont anonymes, mais Paul garde l'espoir de reconnaître Fabienne dans la foule qui processionne. Il était absolument seul désormais. Élise elle-même ne reviendrait plus, tout occupée par ailleurs à orchestrer sa propre mort puisque la vie s'était arrêtée avec le départ de l'enfant.

*****

Petite défunte obstinée, elle s'était mise à cogner en lui. Alors, pour la garder le plus longtemps possible, il avait renoncé au voyage.