Pour une Assemblée Nationale Provisoire - Février 1989

Après un premier article en janvier 1989 où apparaissait pour la première fois l’idée de l’ANP, cet article de février 1989 en précisait les contours et les objectifs qui devaient, par la suite, être avalisés pour l’essentiel par toutes les organisations du mouvement de libération nationale et les milliers de patriotes inscrits désormais sur les listes électorales de la nation corse. 

Pour une Assemblée Nationale Provisoire

Un peuple n’a de sens que par les droits nationaux qui y sont attachés et par les représentations politiques et institutionnelles qui en découlent. Aujourd’hui, le peuple corse est reconnu partout mais il l’est de manière formelle et hypocrite notamment par les hommes du clan qui servent des intérêts étrangers, par les partis français en Corse, par l’Etat colonialiste français lui-même.

Cette « reconnaissance »  n’admet pas de représentation politique. C’est une fausse reconnaissance et donc une vraie négation : négation des droits nationaux inaliénables de notre peuple, négation du premier de ces droits, le droit à l’autodétermination, négation en droit comme en fait du peuple corse.

C’est pourquoi, renonçant aux politiques incohérentes qui consistent à demander à l’Etat colonial de cesser d’être lui-même pour que vive le peuple corse, nous proposons, dès à présent de faire usage de notre Droit à l’autodétermination afin d’assurer l’unité du mouvement national corse su une base pluraliste et démocratique, d’engager un processus d’unité nationale au sein de notre peuple, de concrétiser ce processus par l’élection d’une Assemblée Nationale Provisoire (A.N.P.).

Le rôle de cette assemblée consisterait:

• à assurer généralement une représentation nationale du peuple corse pour affirmer sa propre souveraineté dans l’île et son image à l’extérieur;

• à jeter les bases d’un projet économique, social et culturel pour la Corse de demain et à commencer à le concrétiser;

• à contrôler tous les actes de l’Etat colonial en Corse, de ses différents appareils et des hommes qui les servent;

• à décréter l’interdiction de toute réalisation contraire aux intérêts nationaux du peuple corse;

• à préparer la mise en place d’un processus de retrait de l’Etat colonialiste français et sa substitution par un pouvoir démocratique du peuple corse.”

Jean-Pierre Santini

Février 1989

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau