Construire la nation - Janvier 1989

 

Voici exactement 20 ans était publié le premier texte de conception de l’Assemblée Nationale Provisoire.

De la conception à l’élection de la première Cunsulta Naziunale en cette fin d’année 2008, un intense travail idéologique, politique et militant a été réalisé.

On trouvera ici quelques textes qui témoignent des résistances et des oppositions à la Cunsulta Naziunale.  Ceux qui les ont organisés n’ont pas dit leur dernier mot. Ils dressent et dresseront encore bien des obstacles.

On ne peut que souhaiter aux représentants nationaux élus le 16 novembre dernier de déjouer toutes les manœuvres partisanes pour... construire enfin la nation !

 

Construire la Nation Corse

Nous avons souhaité une rencontre entre tous ceux qui se reconnaissent dans le mouvement national corse afin de soumettre au débat quelques idées forces et quelques propositions concrètes.

La première idée force c’est que la libération nationale de notre peuple ne pourra s’accomplir que si son unité nationale se réalise.

La deuxième idée force c’est que l’unité nationale n’est pas seulement l’affaire des partis mais aussi et surtout celle du peuple tout entier dans le respect mutuel de ses différentes composantes. L’unité nationale, à plus forte raison, ne saurait être l’affaire d’un parti unique contrôlant toute vie politique, syndicale, associative ou culturelle. Cette conception que nous avons été les premiers à dénoncer a été reprise depuis par le Front de Libération Nationale de la Corse. Cette organisation s’est déclarée sans ambiguïté contre l’idée du parti unique fidèle en cela aux principes qui ont présidé à sa fondation historique. Le FLNC a, en effet, été conçu comme un Front à tendances organisées c’est à dire comme un Front Uni et non comme un Front Unique regroupant des individus dirigés par d’autres individus.

La troisième idée force vise à « déconnecter » le mouvement national corse du système institutionnel français afin, d’un part, d’éviter le piège mortel d’un réformisme liquidateur et, d’autre part, d’impulser une dynamique nouvelle permettant au mouvement d’occuper le terrain dans une perspective clairement affirmée de prise de pouvoir. Cette déconnexion  se justifie par la mise en pratique du premier des droits nationaux de notre peuple : son Droit à l’autodétermination.

Le Droit â l’autodétermination ce n’est pas la liberté de choix mais le choix de la liberté.

Nous proposons donc que les forces populaires engagent un processus d’autodétermination qui se traduise, concrètement, par une auto-organisation de caractère principalement politique et institutionnel mais impulsant aussi des actions économiques et culturelles d’envergures.

Il nous faut répéter ici que l’auto-organisation du peuple, par définition même, ne saurait être l’affaire des seules structures nationalistes, mais l’affaire du peuple tout entier et, dans un premier temps, du peuple en lutte, du peuple conscient, de ce qu’il convient d’appeler la Nation Corse.

La dialectique auto-organisation/reconnaissance du peuple corse par lui-même, permettra de trancher, par une pratique quotidienne inscrite dans une claire perspective de Libération Nationale, la question de savoir qui est ou qui n’est pas partie prenante du peuple corse. Nous verrons alors où se situent les hommes du clan qui ont « voté » hypocritement une reconnaissance du peuple corse  à l’assemblée régionale française. Nous verrons aussi où se situent les individus étrangers ou les communautés que des discours généreux mais naïfs invitent à  « l’intégration».

Parce que la notion de « peuple corse » devient l’objet de tous les opportunismes, nous devons avancer le mot d’ordre de « reconnaissance de la Nation Corse et du droit pour cette nation à disposer d’elle-même. »

Assemblée Nationale Provisoire (A.N.P.) : Compte tenu du niveau de conscience actuel tant des organisations nationalistes que des fractions populaires qui les soutiennent, la mise en oeuvre d’une auto-organisation nous paraît possible. Dans un premier temps, elle pourrait se traduire par l’élection au sein même de notre peuple d’une Assemblée Nationale Provisoire (A.N.P.)

Assemblée Nationale parce que seule représentative de la Nation Corse regroupant les fractions conscientes d’un peuple en lutte.

Assemblée Provisoire parce que la Nation Corse a vocation à coïncider un jour avec tout notre peuple.

On notera que, dans le contexte actuel, la double annonce d’une Unité des nationalistes et de leur volonté commune de donner à notre peuple une Assemblée Nationale représentative capable à la fois de faire obstacle aux visées de l’impérialisme français et de tracer elle-même des perspectives de développement voire de commencer à les mettre en oeuvre, constituerait la réponse historique la plus appropriée aux manoeuvres du pouvoir et du clan pour marginaliser et liquider la résistance nationale.

Jean-Pierre Santini

Janvier 1989

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau